Sahifa fully responsive WordPress News, Magazine, Newspaper, and blog ThemeForest one of the most versatile website themes in the world.

La diction du dictionnaire,diction dictionnaire,history du dictionaaire,la vente des langues,la-vente-des-langues,histoire du dictionnaire,Diccionario dicción,diccionario dicción,historia de dictionaaire,las lenguas de venta,las ventas-a-idiomas,historia del diccionario

Un historien de la langue, Bernard CERQUIGLINI, par un livre au titre énigmatique “L’accent du souvenir”( Minuit, 1995), vous décrit la longue (du VI au XVII siècle) perte de l’s implosif, de l’s préconsonatique, du fait de son “amuïsement” (qu’il ne soit plus prononcé, qu’il soit devenu muet). Et son lent remplacement par un accent circonflexe, créé à cet égard. Déjà, “du mot latin, il reste au VII siècle la voyelle accentuée, et un groupe consonantique disjoint (st) ; une structure minimale, comme un résumé du mot latin, sa trace, que l’évolution phonétique va réduire encore, en ôtant l’s.” (p.21). Ostant justement devient ôtant. Nous ne pouvons détailler tout l’historique du remplacement de la “lettre étymologique” s par un accent circonflexe (dérivé du verbe latin circumflectere, utilisé pour imager l’action des chars décrivant une courbe dans l’arène) avec les alibis de l’époque qui, avec le recul du temps, nous semblent bien troubles. – mais le fait est, qu’aujourd’hui, nous sommes amoindris par la disparition des traces étymologiques .” Le système graphique maintenu formule à l’écrit une allégeance néolatine que la parole a défaite et fonde le caractère intrinsèquement étymologique de l’orthographe française”, prévient Cerquiglini. L’orthographe ne permet plus de visualiser la traçabilité de l’étymologie.

Lors de sa mise en pratique, la suppression du s devant la consonne s’est avérée, s’avère encore, tout à fait incohérente.

En effet, beste devient bête mais pas bestiaire, tempeste devient tempête mais pas intempestif (maintien de la visibilité étymologique in-tempest-if !), demonstrer devient démontrer mais pas démonstration (démontration), forest devient forêt mais pas forestier, hospital devient hôpital mais hospitalisé ce qui nous fait perdre le lien étymologique avec hospitalité etc. C’est que, en 1740, sur 18.000 mots 5000 ont changé leurs accents .

Robert Estienne , au XVI siècle, proposait de regrouper les mots par “familles lexicales”, ce qui conduit autour du mot-racine “d’escrire”, par exemple, à repérer description, escripture, escrivain ou scribe. Cette judicieuse idée n’a jamais été maintenue, ce qui demeure très, très dommageable pour la langue, matériellement bâtie sur les sons (à la recherche d’un “socle pour des réflexions plus abstraites”, Cerquiglini admet que ce socle par excellence se trouve dans “le système des sons”. En effet, “disponible à la formulation des règles, sinon de lois, se prêtant à la mesure comme à la généralisation, désencombré du sujet et du sens, le registre phonique est la vérité minérale de la langue” -p.124). Mais le registre phonique a été rendu accessoire.

Qu’avons-nous perdu par la prolifération des signes diacritiques (qui servent à distinguer, tels points et accents) et la suppression des “lettres étymologiques” ?

Certainement, une compréhension plus vaste et complète de la langue. Ainsi queste devenu quête, perd, en chemin, son limpide lien étymologique avec question. La question comme une queste, un immense périple, un vaste labeur initiatique, afin de ramener la réponse – qui ne “mérite” rien de moins que ce gigantesque voyage enclos dans toute question . Ce respect profond, et envers toutes choses, inclus dans le mot question (et non quêtion) se retrouve dans le mot réponse lui-même, de respons qui trace respons-able (qui peut répondre). L’élucidation qu’apporte ce précieux vocable peut se perpétuer avec la diction du dictionnaire. La d.d..d. rend visible ce qui se trouvait confus, emmêlé à de nombreux paramètres. Nous pouvons retrouver tout ce qui a été perdu …

 

D’autres éléments neufs seront amenés, après que tous les impacts de ce premier ouvrage soient survenus, et dans un prochain ouvrage qui ne systématisera plus l’étude de la totalité des mots rattachés à une lettre de l’alphabet – méthode indispensable en un premier temps, afin d’observer le “vérifiable et reproductible” de la méthode scientifique – nous ne visiterons plus que les mots les plus féconds.

10 febrero, 2016

Pourquoi les etymologies furent plus visibles ?

Un historien de la langue, Bernard CERQUIGLINI, par un livre au titre énigmatique “L’accent du souvenir”( Minuit, 1995), vous décrit la longue (du VI au XVII […]
9 febrero, 2016

La vente des langues

« La libéralisation des mots » telle qu’elle fut présentée par les multinationales qui allaient en tirer profit, n’est (comme toute libéralisation) qu’un droit léonin auto-institué […]